Entonnoirs de l’érotisme au sacré ©

 

Quel lien peut-il exister entre la Théorie Erotique du Clocher de Collioure et un entonnoir ?

A priori aucun, mais pour MARC-ANDRÉ 2 FIGUERES, à l’affût des liens invisibles qui régissent les êtres, les lieux et les choses, c’est toujours la même empreinte, le même fantasme, la même histoire à réinventer sans cesse. De l’empreinte, mystérieux révélateur d’une androgyne absence qu’il va sexualiser dans une fantasmagorie artistique et littéraire, où il élabore, plastiquement, le concept d’hermaphrodisme, cette quête le conduit aujourd’hui, via la symbolique de l’érotisme, à la transcendance du sacré.
MA2F part du principe que l’être ne naît jamais totalement polarisé dans son sexe, mais est à la fois mâle et femelle dans son corps et dans sa spiritualité, le clitoris étant considéré chez la femme comme une survivance de l’organe masculin et le prépuce, chez l’homme, comme la matérialisation de l’âme féminine. Il étend cette dualité à tout l’univers et confère à l’érotisme, en tant que puissance générale d’unification et de connexion, le pouvoir de l’abolir.

 

Cette théorie trouve sa justification au coeur même de la Genèse.

Le monde pour exister doit se différencier, c’est l’Adam primordial, incarnation de Dieu et en même temps, mâle et femelle, qui, en se décomposant en Adam et Eve, l’homme et la femme, va, par l’union érotique, engendrer une humanité multiple et dissociée, qui ne pourra retrouver la plénitude que dans le retour à l’unicité fondamentale, c’est-à-dire à l’androgynie initiale.
Redevenir un est le but de la vie humaine et l’androgynie, notamment chez les chrétiens, une des caractéristiques de la perfection spirituelle.

Ainsi le Christ, ni masculin, ni féminin, tout en étant l’un et l’autre, image parfaite de Dieu dans sa totalité, est souvent présenté, par la mystique chrétienne, comme l’Eros transfiguré. L’union sexuelle figure ainsi la répétition de la hiérogamie première, de l’embrassement et de la fusion des opposés qui génèrent la vie.
Elle traduit la recherche de l’unité, l’apaisement de la tension, la réalisation plénière de l’être, la fusion de l’âme avec Dieu.
Seul, l’Hermaphrodite légendaire, être double possédant à la fois les attributs des deux sexes, n’a pas besoin de partenaire pour engendrer puisqu’il totalise les opposés.
Pour MA2F, l’entonnoir, objet familier et exception hermaphrodite, symbolise cette accession au sacré. Il a la particularité d’être contenu dans un carré, qui incarne la spiritualité de l’homme dans un corps vivant et dans un espace-temps déterminé, la manifestation divine qui conduit à la création.
Le thème de l’entonnoir est une des constantes de l’oeuvre de MA2F qui montre une prédilection pour cet objet, ni contenant, ni contenu, toujours un peu à part, inclassable et pas forcément nécessaire.

Mais l’entonnoir de MA2F, le bec toujours tourné vers le haut et par là même a priori inutilisable, exprime l’idée d’un rassemblement à l’intérieur d’une limite, d’un bouillonnement confus de l’être, d’une matérialité qui ne peut trouver un sens qu’au-delà d’elle-même, en se reconcentrant sur l’essentiel.

C’est un lieu de passage, un médium qui, en captant des empreintes imperceptibles, nous renvoie un nouveau regard sur les choses. En tant que réceptacle, il procède de la même démarche que celle qui nous pousse à franchir la porte d’une église, il ne peut nous laisser indifférents, intacts et, par la grâce d’une mystérieuse alchimie,
nous transforme sensiblement. L’église-entonnoir, par sa large base posée sur la terre qui se rétrécit en un mince cône pour s’élever vers le ciel, représente le lieu des transfigurations et des métamorphoses qui permettent à l’homme d’oublier sa condition terrestre, de dépasser sa matérialité pour tendre vers le divin.

Pour symboliser à travers l’entonnoir, le lieu des passages et des transformations, MA2F va devoir inventer une autre manière de travailler en alliant à l’art d’autres techniques telles que la chimie et l’électronique. En utilisant des poutres, des madriers et du métal pour réaliser des encadrements massifs et parfois même ostentatoires, qui ne sont pas sans rappeler des châsses, ces coffres de bois où sont conservées des reliques sacrées, MA2F veut redonner de la valeur au papier en tant que support plastique et recréer l’écrin, nécessaire à la spiritualité pour se manifester.

 

Entonnoirs « de l’érotisme au sacré » s’articule plastiquement autour de trois types de travaux : une série de peintures acryliques sur toile ou papier, représentant des entonnoirs et comportant des insertions de métal oxydé. Une série de cadres métalliques en forme d’entonnoir, de grand format, insérant des illustrations sur papier de la Théorie Erotique du Clocher de Collioure, marquant ainsi la continuité de l’oeuvre, étape
par étape. Une série de tableaux carrés assortis de deux portes contenant une photographie noir et blanc d’un entonnoir. Ces cadres sont surmontés d’une ampoule dotée d’un filament en forme de croix, qui, allumé, devient orangé. Cette veilleuse, alimentée par un fil, traverse l’intérieur du cadre et illustre l’énergie spirituelle, l’illumination intérieure qui conduit au sacré.

La grande originalité de MA2F est d’avoir découvert et d’être, pour l’instant, le seul en France et en Europe, à travailler avec le Sun-Paint. Ce nouveau procédé de peinture photosensible enregistre les empreintes solaires en réagissant de manière progressive et réversible aux rayons ultraviolets. Ce pigment de couleur neutre, invisible à l’application et comparable à un vernis, bleuit progressivement exposé
au soleil, la teinte variant selon l’intensité de l’exposition. Il retrouve sa couleur initiale dès que l’exposition cesse. L’utilisation du Sun Paint sous forme de chiffres figure les empreintes invisibles en relation avec la lumière divine. Les combinaisons numériques qui apparaissent et disparaissent au soleil sont la marque d’authenticité, le code génétique de l’oeuvre.


Nicole Mari

 

 

OUVRAGES DE REFERENCE

>> Commander en ligne

Entonnoirs© « de l’érotisme au sacré » Entonnoirs de l'érotisme au sacré